Christian Rouchier

Saint Joseph

Portrait_de_christian_Rouchier_Vigneron_en_appellation_Saint_Joseph

Christian Rouchier

Saint Joseph

Portrait_de_christian_Rouchier_Vigneron_en_appellation_Saint_Joseph

Les vins de Christian Rouchier actuellement disponibles

Histoire

Christian Rouchier n’est pas issu d’une famille de vigneron. Il est par contre issu du milieu agricole et a toujours plus ou moins travaillé la terre. A ses débuts, c’est un agriculteur comme tant d’autres, qui exploite une petite ferme en polyculture, avec quelques parcelles d’arbres fruitiers et un peu de bétail. Il la possède toujours d’ailleurs même si elle est aujourd’hui principalement exploitée par sa femme.

C’est en 2007 que Christian achète sa première vigne, tout près de Saint Jean de Muzols, en appellation Saint Joseph. C’est alors un viticulteur uniquement, il vend sa vendange à d’autres vignerons et ne fait du vin que pour sa consommation personnelle. Dès ses débuts, Christian est en bio et il laboure déjà ses sols en utilisant uniquement sa comtoise, Loraine (une jument de trait, pas l’horloge…). Au fil des ans, il se retrouve à faire un peu plus de vin, non pas parce que sa consommation personnelle augmente, mais plutôt parce que les gens alentours aiment son vin et viennent lui en acheter, chaque millésime toujours un peu plus.

2013 est l’année charnière. Pour la première fois, Christian ne vend pas de vendanges, il vinifie et met en bouteilles l’intégralité de sa production. L’année suivante, il construit une dépendance à sa maison où il installe son petit chai. Le domaine Rouchier est lancé !

Vignes et pratiques culturales

Christian Rouchier possède aujourd’hui 2.5 hectares de vignes. Une surface plutôt modeste mais qui, étant donné ses pratiques culturales, l’occupe à plein temps. Un peu plus de la moitié des vignes sont en appellation Saint Joseph, sur la commune de Saint Jean de Muzols, d’où Christian sort deux cuvées parcellaires. La première cuvée s’appelle Luc et elle est issue d’une parcelle d’un peu moins d’un hectare

La parcelle de syrah donnant la cuvée Luc

100% Syrah évidement, pour cette vigne plantée au début des années 70. Le sol est ici peu profond si bien que l’on tombe assez vite sur le sous-sol de Gneiss. Le dénivelé est ici assez impressionnant, si bien que trois grandes terrasses ont été aménagées pour casser un peu la pente. L’ensemble est orienté Ouest.

La même parcelle, vue depuis le mamelon d'en face. On aperçoit bien les 3 terrasses ainsi que le dénivelé

La deuxième cuvée parcellaire de Christian Rouchier s’appelle La Chave. Elle est issue d’une vieille vigne de syrah, plantée au milieu des années 50. La superficie est d’environ un demi hectare et nous sommes là-aussi sur des sols majoritairement composé de gneiss. Cette cuvée est aujourd’hui en appellation Saint Joseph mais elle devrait en sortir prochainement (des mystères des AOC…). Le profil de vin obtenu ici est presque toujours différent de celui obtenu sur Luc (d’où l’existence des deux cuvées séparées…) avec en général des jus un peu plus structurés et opulents.

Parcelle de La Chave de Christian Rouchier
Parcelle de La Chave de Christian Rouchier

Le domaine est certifié en agriculture biologique, ce qui est loin d’être une finalité pour Christian. Plutôt une évidence. Christian ne possède pas de tracteur ce qui veut dire que l’ensemble des tâches à la vigne se fait à la main. Pour les traitements (soufre et cuivre uniquement donc), il utilise une brouette de pulvérisation. Beaucoup plus léger qu’un tracteur (l’engin ne pèse qu’une centaine de kilos), elle permet de ne pas tasser les sols. L’inconvénient, c’est que l’on doit marcher derrière, ce qui veut dire presque dix kilomètres de marche pour chaque passage sur l’intégralité des vignes.