Grassl Glass

Verrerie

Suisse

Grassl Glass

Verrerie

Suisse

Capture d’écran 2019-12-14 à 18.43.58

Chacun des verres Grassl, entièrement fait à la main, est le fruit du travail d’artisans verriers ayant au minimum 20 ans d’expérience dans l’art du soufflage du verre. Il en résulte des verres uniques, mais surtout d’une remarquable précision, d’une finesse réellement étonnante et d’une extrême légèreté. Plusieurs vignerons de réputation mondiale ont participé au processus de fabrication et les différentes formes ont été spécialement développées avec leurs concours afin de mettre en valeur au mieux leurs vins et ainsi de pouvoir les révéler pleinement. Entre autres grands vignerons, notamment bourguignons, les verres Grassl sont utilisés par Jean Marc Roulot pour ses dégustations au domaine

Plusieurs verriers, chacun expert dans leurs domaines, se relaient afin de donner vie aux verres Grassl. Tout (j’insiste, tout) est entièrement fait à la main et chaque verre, bien que très proche de son voisin, est une pièce unique.

Les différents produits Grassl actuellement disponibles

Les étapes clefs de la création d’un verre Grassl

Au commencement, une masse calibrée de verre en fusion, que l’on appelle la goutte ou la paraison, est prélevée (cueillie) dans le four à l’aide d’une canne. Elle est ensuite immédiatement préformée, afin de faciliter son introduction dans le moule. C’est une tâche qui parait simple à priori mais la température et la quantité de matière prélevée sont déterminantes pour la suite du processus, et demande toute l’expérience et l’expertise de l’artisan.

Préformage de la goutte
Préformage de la goutte

La goutte est ensuite introduite dans un moule en bois, taillé à la future forme du verre. Le verrier souffle alors à l’intérieur de la canne afin d’étendre, d’expandre la goutte pour qu’elle prenne la forme du moule. C’est l’étape déterminante de la création du verre. La température doit être idéale, tout comme la quantité d’air insufflée. Trop peu d’air ou une température trop basse, le verre n’aura pas la finesse attendue et à l’inverse, une température trop élevée ou trop d’air introduit et le verre se casse avant même d’avoir existé. Un véritable savoir-faire, qui ne s’acquièrent qu’avec la pratique et qui nécessite des années d’expérience.

Introduction du verre en fusion dans le moule en bois
Introduction du verre en fusion dans le moule en bois
Précision, délicatesse et savoir-faire du maitre verrier
Précision, délicatesse et savoir-faire du maitre verrier

Juste un petit mot sur le moule en bois. Chaque demi moule est lui aussi taillé à la main, sur un tour, à l’aide d’un cube de bois brut. Chaque moule nécessite environ 1h30 de main d’oeuvre pour avoir la forme parfaite. Il est utilisé pour façonner entre 250 et 300 verres seulement, avant d’être changé.

Création d'un moule en bois (à la main là aussi)

L’utilisation du bois comme matériau pour le moule est une pratique très ancienne, traditionnelle, mais guère plus utilisée aujourd’hui. Elle permet d’avoir des verres avec un toucher, à la fois en main et sur les lèvres, uniques. Des sensations que ne peuvent offrir les moules en inox.

un verre minéralité qui sort de son moule en bois
Un verre Minéralité qui sort de son moule en bois

Sur la même masse de verre originelle, chauffée de nouveau, le pied du verre est ensuite formé, par étirage. Il ne s’agit donc que d’une seule et même masse de verre, il n’y a pas de soudure entre le calice et le pied du verre. Cette jonction, habituellement faible sur les autres verres, est ici très robuste.

Formation du pied

Une petite goutte de verre en fusion est ensuite ajoutée à l’extrémité du pied afin de former la base du verre. Cette base est volontairement de grand diamètre sur tous les verres Grassl, elle permet d’offrir une stabilité supplémentaire au verre lorsqu’il est posé et surtout, d’agir tel un contrepoids au calice afin d’offrir un équilibre en main et une impression de légèreté vraiment sublimés.

L'artisan verrier dépose le verre en fusion
La base est ensuite formée
L'artisan verrier dépose le verre en fusion
La base est ensuite formée

A ce stade, le verre possède pratiquement sa forme définitive, il ne reste qu’à supprimer la partie supérieure qui servait à attacher le verre à la canne. Avant cela, le verre passe dans plusieurs fours, à des températures controlées différentes, afin d’acquérir toute sa résistance. Une fois revenu à “basse” température, la partie supérieure est coupée, à la flamme (et non pas au laser). Cette coupe “à froid”, permet de réduire drastiquement la formation d’un “bourrelet” sur le buvant, qui garde ainsi toute sa finesse pour un confort de dégustation optimal.

Un Cru qui trouve sa forme définitive

La dernière étape de fabrication nécessite de nouveau l’utilisation du feu. Les verres passent à travers un “four tunnel” où ils entrent en contact avec une flamme. Cette étape permet de polir le verre, et de lui offrir toute sa brillance et son éclat.

Polissage à la flamme

Un des critères qui font la qualité des verres Grassl que je n’ai pas encore évoqué, ce sont les contrôles qualités, d’une rigueur extrême, qui ont lieu tout au long du processus de création. A chaque étape, les verres sont contrôlés un à un afin d’offrir au final une qualité de fabrication optimale, étant donné la finesse recherchée et le fait qu’ils soient entièrement fait main. Je vais me répéter, mais c’est une réalité, et même si l’objectif est évidement d’avoir la plus grande reproductibilité possible, chaque verre Grassl est une pièce unique.

Un verre qui a passé tous les contrôles qualités et qui est donc digne de porter la marque Grassl

Je vais vous donner un dernier chiffre pour conclure. Sur 10 verres qui sortent du moule (tous n’en sortent pas déjà…), suite à l’ensemble des contrôles dimensionnels et inspections visuelles effectués, seulement 4 en moyenne finiront par être commercialisés. Un taux de rebut très important, malgré l’expérience et la technicité extrême des personnes impliquées mais qui illustre bien je trouve, à la fois toute la difficulté du processus de fabrication et à la fois l’exigence et la volonté de Grassl à proposer les meilleurs verres du monde. Et de mon point de vue, c’est mission réussie.

Pour découvrir plus en détails chaque verre, ses spécificités et caractéristiques, je vous invite à vous rendre sur la page de chaque produit

Ils font confiance aux verres Grassl

Bourgogne

  • Jean Marc Roulot, Domaine Roulot
  • Thibaud Clerget, Domaine Y. Clerget
  • Pierre Henri Rougeot, Domaine Rougeot

 

Rhône

  • Alain Graillot (Domaine Graillot)
  • Jean Luc Jamet (Domaine Jamet)
  • Valentin Valles

 

Loire

  • Sylvain Dittière (Domaine de la Porte Saint Jean)
  • Pierre Adrien Vadé
  • Chateau du Breuil
  • Nicolas Arnou

 

Champagne

  • Guillaume Selosse
  • Champagne Pierre Paillard

 

Etranger

  • Dominio del Àguila (Ribera del Duero)
  • Tenuta di Beserno (Toscane)
  • Stella di Campalto (Toscane)
  • Elio Altare (Barolo)
  • Simon Maye & fils (Valais suisse)